En haut des escaliers

Il devait être 20h. Je grimpais rapidement les escaliers pour aller à ma chambre. Sans prévenir, un léger souffle glacial vint souffler sur ma nuque. Le frisson m'envahit en quelque seconde de la tête aux pieds, tel un puissant venin. Dominé par la panique, j'ai sursauté et fait un faux pas. Mon corps tomba vers l'arrière et roula vers l'étage d'en dessous pour ensuite heurter le mur de plein fouet.

Heureusement, je ne me suis pas trop fait mal. De peine et de misère, je remonte les escaliers. Le couloir est sombre, la nuit s'est rapidement installée. J'allume l'intérrupteur afin d'aider mes yeux à percer ce couloir dominé par la noirceur. Mais par malchance, aucune source de lumière ne vint me rassurer. Sans repère et dans un froid anormal et inquiétant, je tente de trouver ma chambre, là où je pourrai ressentir réconfort, chaleur et lumière.

Malheureusement, aucun éclairage n'apparaît là non plus. Mon souci prit rapidement de l'ampleur quand j'entendis un murmure à peine audible. Mes yeux s'habituent au noir et tentent de localiser ce bruit clandestin. À ma grande terreur, je distingue une ombre anormale dans le fond de la pièce.

Pris de panique, je pars en courant. Une fois arrivé dans les escaliers, bien que ma peur ordonnait à mes jambes de partir loin d'ici, je ne pouvais plus bouger, je regardais devant moi, horrifié. En bas des escaliers se trouvait mon propre corps écraser contre le mur.





Retour en haut de la page