Je t'aime


Quand elle mit sa main sur la mienne, je sentis un frisson envahir tout mon corps. Telle une décharge électrique qui me donnerait tout le courage et l’énergie pour la combler. Mon regard se plongeant le sien. Nos innocences se mélangèrent, je ne savais pas quoi faire. J’avais peur, j’étais curieux, tout mon corps la désirait et l’idéalisait. Et si je n’étais pas à la hauteur ? Et si à cause de moi elle virait lesbienne ? Mon moi reprit le contrôle et fit taire mes craintes en les renvoyant au plus profond de mes refoulements. Mes pensées furent rapidement éclipsées par un nouveau contact : celui de sa main sur ma joue. Mon regard regagna le sien. Je scrutais ses yeux à la recherche d’une réponse, d’une approbation. Elle me regardait d’une façon douce, laissant paraitre un désir impatient, mais une empathie rassurante.

« Je t’aime. » Laissa’elle échapper. Ces quelques mots puissants traversèrent mon corps telles une vague de chaleur et une vague de courage. Mon visage rosé s’approche de celui de ma moitié et mes lèvres se frayèrent un chemin jusqu’aux siennes. C’était fait, c’était commencé. Je sentis une sensation nouvelle, je sentis pour la première fois en moi toute l’intensité de son amour. C’était merveilleux, la gêne en moi se métamorphosa en une curiosité et une passion sans limites. Je prolongeai le baiser tout doucement, essayant de mener la danse de la passion comme je le pouvais. Je n’étais sans doute pas si mauvais, puisqu’e la main de ma dulcinée vint caresser mon dos, me donnant un frisson aussi électrisant que ce baiser. Suite à plusieurs secondes qui me semblèrent une décennie, nos lèvres se séparèrent. La jeune fille me regarda d’un sourire comblé et désireux. Son regard lui seul me donnait des frissons, j’avais l’impression de cerner chacune de ses intentions.

Dans un second élan de courage et de passion, j’allai déposer un doux baiser au coin de ses lèvres, puis alla mordiller le lobe de son oreille en murmurant tendrement : « Moi aussi je t’aime. »





Retour en haut de la page