Faux regrets


Comme un chien dans un jeu de quille, j'ai fais la plus grosse stupidité de ma vie. Comme le chien qui fonçais dans les 10 petit objets, les faisant tomber, se ridiculisant et faisant honte à ses maîtres. J'ai eu l'air d'un parfait idiot... Je ne veux plus sortir de ma chambre, je veux rester sous mes couvertures et y passer le reste de mes jours... Je n'aurais jamais du lui dire que je l'aimais, encore moins devant tout le monde. Ils me regardaient tous d'un air amusé, je pouvais entendre leurs murmure moqueur, leurs commentaires perçant et leurs petits rires arrogant. La fille dont j'étais amoureux ne disait rien, bouché-bée face à mes paroles. Pris d'une panique insoutenable, je pris mes jambes à mon coup et je partie loin de cet endroit, ne voulant plus revoir personne...

« Arrête de déprimer pour une connerie pareille... Il y a bien pire! »

Ce sont les mots que ma conscience m'a prononcé, après des heures à me morfondre. Peut-être qu'elle avait raison. Ce n'est qu'un mauvais moment à passer... Et puis il y a pire comme honte. De plus, aimer n'est pas un crime. Je n'aime pas n'importe qui, cette fille est tout simplement super. Contrairement aux autres idiots de ma classe, elle est ne se moque pas de moi, elle me défend même. Cette fille est la seule personne qui veux se mettre avec moi pour les travaux d'équipe. Quand on est seul comme moi, cela fait chaud au cœur... Comment ne pas l'aimer..?

« Assume tes actes, affronte tes problèmes. Ce n'est pas en te cachant que tu sera heureux. Bouge toi! »

Oui, oui! Me dis-je à moi même... Puis je sortie de ma chambre pour aller chercher a boire... Je sursauta tout à coup. On venait de frapper à la porte... Pris de peur que l'un de ses idiot se soit rendu jusqu'à chez moi pour me narguer, je voulu aller me cacher... Mais je pris mon courage a deux main et alla ouvrir... C'était elle. Je voulu m'excuser, mais elle mis sa main sur ma bouche et me regarda dans les yeux :

« Moi aussi je t'aime. »





Retour en haut de la page