Fou comme un balais


Fou comme un balai. C'est sans aucune doute ce que les gens aurait dit quand j'ai réagis à cette nouvelle. J'étais tellement heureux. Wow, un chalet pour moi tout seul. C'est vraiment génial. Au beau milieu de la forêt ou personne ne peux me déranger, ne peux m'entendre et me stresser. Le week-end suivant sans hésiter je décide d'y aller. Ben quoi? Faut bien en profiter. Bref j'arrive sur les lieux et je souris. L'endroit est calme, bercé par le chant de la nature. L'intérieur du chalet est un peu sinistre, mais confortable. L’ancien propriétaire n'a pas rangé ces affaires. Les murs s'envahissent de tableau de sombre personnage qui s'amuse à me dévisager sans arrêt. Je n'y porte pas attention m'installe confortablement. J'explore un peu l'endroit. À minuit tapant, je décide d'aller me coucher. Mais de sombres bruits m’empêchent de dormir. J’entends des gens parler. Je dois devenir fou. Avec la peur et l'énervement, je me lève et décide d'aller voir ce qu'il peut bien se passer. L'obscurité m'empêche de voir, j'ai l'impression qu'il y a du mouvement dans l'ombre et que les tableaux sont vides. J’entends quelqu'un derrière moi … je m'évanouis.

Le dimanche suivant les parents du jeune homme poste des avis de disparitions un peu partout. Leur fils fut porté disparu depuis qu'il est partie dans ce chalet. On n’a retrouvé qu'un portrait de lui accroché sur l'un des murs des lieux.





Retour en haut de la page